• Jean-Baptiste

La Française des Jeux : Bilan, 6 Mois après la Privatisation

Héritière de la Loterie Nationale Française, créée en 1933, La Française des Jeux, créée quant à elle en 1976, est une entreprise de loteries et de paris sportifs. Elle possède le monopole dans ce domaine en France et à Monaco, avec 25 millions de joueurs en 2018, entraînant un chiffre d’affaire de 1,8 milliards d’euros sur la même année. Entre 1976 et 2019, son capital est détenu à 72% par l’Etat français. L’ouverture à la concurrence et la volonté du gouvernement d’ouvrir son capital ont entraîné la vente d’une grande majorité des parts de l’Etat à des actionnaires privés et publics le 21 novembre 2019. Cette privatisation de la Française des Jeux s’inscrit dans un mouvement plus global de cession des parts de l’Etat dans plusieurs entreprises, comme Aéroport de Paris ou Engie, et ce dans le cadre de la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises). Cette loi, présentée par le ministre de l’économie Bruno Le Maire en 2017 et adoptée en 2019, a pour objectif de repenser la place des entreprises en France, en mettant en avant l’innovation et la création d’emplois. A la suite de cette privatisation, l’Etat possède maintenant seulement 21.9% des parts de la FDJ.


Cet article retrace la privatisation de la FDJ, son cours en bourse tout en passant par un évènement majeur et pour le moins inattendu : la pandémie du Covid-19. Finalement, la question que beaucoup d’entre nous peuvent se poser est la suivante : dans ce contexte, est-ce le moment d’investir dans la FDJ ?



Du 7 au 19 novembre 2019 s’est déroulé une période de souscription pendant laquelle particuliers et organismes privés ont pu faire une demande d’achat d’une partie des 99,32 millions de titres mis sur le marché. Le prix de vente pour un organisme privé était de 19,90€ par action. Cependant, les conditions étaient différentes pour un particulier : il bénéficiait d’une décote de 2% (19,50€ par action) et pour 10 actions achetées, une action sera offerte après 18 mois. Tout cela a été fait dans un objectif de prioriser les investisseurs particuliers et ainsi permettre de diversifier les épargnes des français, à une époque où le taux du livret A n’est plus aussi avantageux qu’il a pu l’être. Il s’agit aussi d’une occasion de diversifier ses placements. Cette période de souscription a permis de lever 1,826 milliards d’euros et plus de 500 000 particuliers y ont participé. Le 21 novembre 2019, la FDJ est officiellement entrée en bourse, avec une cotation sur la place boursière Euronext, la plus importante de la zone Euro. Lors de l’ouverture de la bourse le 21 novembre, l’action se vendait à 23€. A la fermeture le 27 mars 2020, l’action se vend à 22,61€. Bien que la variation puisse paraître faible sur ces 6 derniers mois, le titre a connu de nombreux rebondissements.



"Prioriser les investisseurs particuliers [...] a permis de lever 1,826 milliards d’euros"


Après 2 semaines autour des 22€, l’action FDJ s’est stabilisé pendant plus de 2 mois à 24€ entre décembre et février. Cette stabilité peut s’expliquer par la faible volatilité des actions d’une entreprise telle que la FDJ. Etant très ancrée dans la culture populaire et possédant une base stable de millions de joueurs journaliers, les risques d’effondrement du titre sont minimes. Cependant, le 13 février 2020, l’action FDJ décolle pour atteindre 30,655€ le vendredi 21 février 2020, soit une hausse de plus de 50% par rapport à son entrée en bourse en novembre 2019. Cette soudaine hausse s’explique par les résultats de la FDJ, qui affiche une hausse de son chiffre d’affaire de 8,5%, à 1,95 milliards d’euros et un record au niveau des mises des joueurs, qui atteignent 17,2 milliards d’euros.

Cependant, comme la plupart des entreprises, la FDJ a été touchée par la pandémie qui frappe l’humanité depuis quelques mois, et notamment par les mesures de confinement mises en place par le gouvernement français. L’entreprise prévoit une baisse de 50% des mises. Après avoir perdu plus d’un tiers de sa valeur, le titre de la FDJ semble se rattraper, un peu comme toutes les entreprises, suite aux annonces des différents organismes financiers d’injecter massivement de l’argent pour éviter un krach plus important.



La FDJ sera probablement une des entreprises les moins touchées par la crise du Covid-19. En effet, tout au long de son existence, elle a réussi à faire partie du quotidien d’un grand nombre de français qui, en sortant de confinement, vont reprendre leurs activités et vont se remettre à jouer à la loterie. Les risques pour d’éventuels investissements sont donc faibles à la vue du contexte actuel. Je pense donc qu’il y a que peu de risques à investir dans cette entreprise.




Mon expérience d’investisseur




Je me suis intéressé à la privatisation de la FDJ un mois avant l’introduction en bourse, sur les conseils d’un proche adepte de l’investissement lors des privatisations des entreprises françaises. Sachant que c’était une de mes premières expériences d’investisseurs, j’ai pris le temps nécessaire pour comprendre les différents mécanismes d’une introduction en bourse et ainsi éviter certaines erreurs que j’aurais pu faire si je ne m’y étais pas intéressé. Débuter une « carrière » d’investisseur par une privatisation est à la fois accessible à un grand nombre de personne et formateur. Il est pour moi nécessaire de passer par ces placements pour commencer à investir et se forger une expérience dans ce domaine.


J’ai donc souscrit aux actions de la FDJ, lors de la période dédiée, à hauteur de quelques centaines d’euros. J’aurais pu garder mes actions pour profiter du bonus d’une action offerte pour 10 actions achetées après 18 mois. Cependant, j’ai préféré vendre dès les premières minutes d’introduction en bourse pour pouvoir investir dans d’autres entreprises par la suite, notamment celles touchées par la crise du Covid-19. Cette thématique sera abordée lors de prochains articles.


Finalement, j’ai réalisé un bénéfice de 15,4%, en comptant les commissions de la banque par laquelle j’ai effectué ces ordres d’achat et de vente. Comme je l’ai dit précédemment, quelques mois après l’introduction en bourse, le titre avait progressé d’environ 50%, ce qui aurait pu engendrer un plus grand bénéfice pour moi. Cependant, manquant d’expérience, je n’ai pas su appréhender dans sa totalité l’évolution du cours du titre de la FDJ et la présence de moments clés dans une année boursière : dans ce cas, il s’agissait de la publication des résultats annuels.



Arthur Sauder - Corporate Finance



Sources




www.ft.com/content/2ba9e762-0c5c-11ea-bb52-34c8d9dc6d84


www.economie.gouv.fr/succes-souscription-introduction-bourse-fdj#


fr.wikipedia.org/wiki/Française_des_jeux


www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/20/la-francaise-des-jeux-touchee-par-les-retombees-du-coronavirus


lentreprise.lexpress.fr/la-francaise-des-jeux-signe-une-bonne-annee-2019-apres-sa-privatisation


www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/divers/fdj-exercice-integral-de-l-option-de-surallocation-boursier


www.tradingsat.com/fdj-FR0013451333/actualites/fdj-le-montant-final-de-l-introduction-en-bourse-de-la-fdj-grimpe-a-plus-de-18-milliard-d-euros


117 views

INQUIRIES

Thank You

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Instagram

CentraleSupelec Finance 2020 - All rights reserved

Association under the French Law of 1901.